Tout compte fait M. Sarkozy ne croit pas le(s) sondages du premier tour !

Publié le par Jacques

Jusqu'à hier, à Meaux, tout en feignant de les ignorer, M. Sarkozy surfait allègrement sur LE sondage Ifop le donnant en tête du premier tour et sur LES sondages ( postérieurs, Opinion Way et CSA) qui l'ont donné juste à égalité avec M. Hollande.


Mais ce samedi 17 mars, dans la banlieue lyonnaise, M. Sarkozy, qui a commencé son "discours" avec un quart d'heure d'avance...( tant pis pour les "retardataires") a passé cinquante minutes à flinguer M. Hollande à bout portant.


Pourtant, après avoir été contraint d'annoncer sa candidature avec un mois d'avance, il avait fait savoir qu'il ferait une proposition par jour, pour

1) étouffer M. Hollande,

2) contraindre le PS à commenter les propositions du candidat Sarkozy au lieu de présenter celle du candidat Hollande.


Force est de constater que ce samedi 17 mars, M. Sarkozy était exactement dans le rôle inverse !


Du coté de Lyon, ce samedi, il n'a fait AUCUNE proposition.


Il n'a fait que "commenter" celles de M. Hollande. Dans des termes juste destinés à faire glapir les 7000 supporteurs (Source: le sarkozyste journal "Le Point") qu'il avait réussi à rameuter dans la deuxième agglomération de France.....


A part la véhémence, a-t-il présenté un quelconque contre-argument à ceux de M. Hollande ?  NON !


M. Sarkozy en est réduit maintenant à évoquer la victoire de M. Mitterrand en 1981, juste pour "effrayer" ses groupies.


Nous en sommes à J- 35.


Si M. Sarkozy balance déjà de tels "missiles" contre M. Hollande, que va-t-il donc pouvoir nous raconter d'ici le 22 avril prochain ?????


Pour en venir actuellement à de telles extrémités, M. Sarkozy aurait-il  eu vent d'une vague de sondages à venir qui ne lui serait plus "aussi favorables" ????


Ses affidés de l'UMP n'ont cessé pendant plus de cinq ans de nous bassiner avec le soi-disant "anti-sarkozysme primaire".


Ce samedi 17 mars, M. Sarkozy ne s'est montré capable que de "anti-hollandisme bestial".

Publié dans actualité

Commenter cet article