Réflexions de la journée

Publié le par Jacques

 

La Chancelière Merkel  a soutenu la nomination de Horst Köhler comme Chef d'Etat Allemand. Il a fini par sauté.


Elle a soutenu la nomination de  Christian Wulff. Celui-ci vient de sauter à son tour moins de deux ans après son entrée en fonction.

Il va être remplacé par une personnalité de gauche.


Mme Merkel soutient la réélection de Nicolas Sarkozy... Je serais lui, je me ferais  du souci !!!


♦  "La preuve par 3" sur "Public Sénat".


J'ai suivi hier soir, pour la première fois de ma vie, cette émission.

Elle est animée par un certain Michel Grossiord .

Mais c'est un fou furieux ce gars-là !


Il recevait hier soir, François Chérèque, le Secrétéaire Général de la CFDT.

M. Grossiord, tout imbu de lui-même, se permet même de ricaner pendant qu'il pose une question qu'il croit assassine pour son invité.  La classe !


Dans sa grande œuvre journalistique, il a été rejoint par un autre fou furieux, Bruno Franceschi, de l'AFP.


Est même apparu le fameux hystérique Député UMP Franck Riester ( dont j'ai déjà parlé tout à fait récemment...)


Et puis, pour parachever l'émission, est venu le renfort de Michaël Szames, ancien de France 24, qui a rejoint la Rédaction de "Public Sénat" il y a quelques semaines.


C'est une Chaîne du service public ça ??????


Mais ces quatre compères sont tombé sur un os !


M. Chérèque, à aucun moment ne s'est départi de son calme ni ne s'est laissé dévié de ce qu'il voulait dire. Les autres en ont été pour leurs frais.


J'ai fort apprécié qu'interrogé sur Borloo/Véolia, M. Chérèque indique que cette nomination eût été illégale au ragrd des lois sur le "pantouflage". A savoir qu'on ne part part dans le privé dans une entreprise dont on a eu la tutelle comme Ministre.


Le bon M. Grossiord ne s'attendait visiblement pas à cette réponse cinglante.


Tout comme son acolyte Franceschi qui croyait tenir un bon filon avec le "Rapport Perruchot" sur le financement des confédérations syndicales.


M. Chérèque a eu l'élégance de ne pas faire remarquer que toutes les organisations patronales, du Medef à la Fnsea, sont pareillement "épinglées" dans ce dit Rapport !

En revanche, le Secrétaire Général s'est insurgé contre le fait que sa déposition (*) devant la Commission Perruchot n'ait pas été publiée avec le Rapport !


Pan dans la tronche de ce M. Grossiord, qui en "bon" journaliste qu'il se croit être, manifestement ne savait pas que M. Chérèque avait été entendu par la dite Commission. Il en est resté sans voix !


M. Chérèque a donc rappeler, sous mes applaudissements, ce qu'il avait déclaré à cette occasion:

"On dit que 4 milliards d’euros seraient affectés au financement des organisations syndicales. Les trois quarts de ce montant correspondent, en réalité, aux heures de délégation dont bénéficient lesdélégués du personnel et les élus des comités d’entreprise, et aux moyens de fonctionnement de ces mêmes comités. Oserait-on dire, de la même façon, que les indemnités des députés, des sénateurs, des maires et des conseillers municipaux servent à financer les partis politiques ? Je comprends que le rapport n’ait pas été adopté : il remettait en cause la démocratie par délégation. De même que l’ensemble des mandats publics, les mandats des délégués dupersonnel et ceux des élus des comités d’entreprise sont de nature délégative. Ils visent à rendre un service aux électeurs, et non à une organisation syndicale ou à un parti politique. Je ne comprends donc pas le débat qui s’est engagé. Si l’on commence par s’attaquer aux organisations syndicales, jusqu’où ira-t-on ?"


Les Grossiord et autre Franceschi n'ont pas su quoi répliquer !


Ce dernier a tenté une diversion sur la "faible représentativité" des syndicats français. Chérèque l'a renvoyé dans ses buts.


J'aurais pourtant adoré qu'il en profite pour répéter ce qu'il déclare publiquement depuis fort longtemps

"À ceux qui disent que les syndicats ne sont pas représentatifs en France du fait d'une faible syndicalisation , il est bon de rappeler que le nombre d'adhérents aux syndicats est beaucoup plus important que les adhérents aux partis politiques y compris l'UMP et le PS... Met-on en doute la représentation de ces partis politiques ??"


En revanche, je n'ai pas du tout apprécié sa tirade sur la loi Fillon de 2003 sur les retraites et son auto-justification à propos de son acceptation en catimini, de nuit, chez Raffarin, Premier Ministre.


Et la troisième "partie" de cette émission était consacrée à ce que fera Chérèque à la fin de son dernier mandat de Secrétaire Général. Partira-t-il même avant, etc...Que des questions complètement connes dont on n'a rien à cirer.


J'aurais été Chérèque, je les aurais envoyé bouler vertement !


(*) http://www.cfdt.fr/content/medias/media37043_xuHJcnrkUXYjyOP.pdf 

Publié dans actualité

Commenter cet article

le vengeur 23/02/2012 12:44

Jacques, je ne remettait pas en cause ton article, qui soit dit en passant ma parait exact, je faisais une constatation sur le sieur Chéréque, et les nombreuses renonciations de celui-ci pendant
les grands mouvements de gréves, ou justement l'unité syndicale aurait été payante, cherchant toujours a se démarquer pour apparaitre a la lumière des caméras et pour paraitre plus raisonnable
envers les politiques aux pouvoirs.

Jacques 23/02/2012 17:04



Nous sommes tout à fait d'accord, Cher Vengeur.


Et j'avais forcément bien compris ta première intervention.


J'avais d'ailleurs moi-même souligné dans mon article que je n'ai pas du tout apprécié son "passage" sur la loi Fillon de 2003 contre laquelle, bien que
moi-même retraité, je suis descendu quatre fois dans la rue. Moi aussi, je me suis senti trahi !


(six fois contre la loi Woerth....)


Bien cordialement,


jf.



le vengeur 23/02/2012 07:59

Cher Jacques, Chéréque restera pour moi, un traitre a la classe ouvrière, le nombre de fois ou celui-ci a baissé le pantalon ne fait que confirmer mon propos.

Jacques 23/02/2012 10:18



Cher Vengeur,


Si j'ai parlé de lui c'est parce que j'ai été parfaitement outré du comportement "journalistique" de ses trois intervieweurs, trois "journalistes" que je
n'avaient jamais vu à l'oeuvre.


Pour ma part, je n'ai jamais été adhérent de la CFDT, sous Edmon Maire, Nicole Notat ou François Chérèque.


 


Merci de votre passage.


 


jf.