Quand la DCRI veut…elle peut !

Publié le par Jacques

 

J'ai fait part, ici même, il y a quelques jours de mes doutes quand à l'activité de la DCRI dans l'affaire de Mohamed Merah:


http://lamauragne.blog.lemonde.fr/2012/03/22/la-dcri-de-squarcini-ferait-mieux-de-surveiller-les-fadas-islamistes-plutot-que-les-fadettes-des-jounalistes/


C'était le 22 mars dernier. Depuis, je constate qu'il ne se passe pas un jour sans que la presse - écrite principalement - fourmille d'articles reprenant nombre de questions sur la surveillance - aléatoire - dont était l'objet celui qui allait devenir le "tueur de Toulouse et Montauban" avec, à la clé, sept morts.


Hasard du calendrier, se tient actuellement le procès de M. Adlène Hicheur, incarcéré depuis le 8 octobre 2009 parce que la DCRI avait intercepté des mails de ce monsieur avec un homme soupçonné d'appartenir à Al-Quaida au Maghreb islamique. Ils auraient projeté des attentats en France....


M. Hicheur est physicien  au Centre européen de recherche nucléaire (CERN) .


En revanche, s'agissant de Mohamed Merah, repris de justice ayant profité de ses incarcérations pour se "radicaliser", ayant effectué, à la connaissance de la DCRI, des voyages au Pakistan et en Afghanistan, en totale liberté au moment de ses meurtres alors qu'il avait été condamné à un mois de prison le 24 février dernier, la police n'a rien vu venir. Mieux, elle s'était contentée, en novembre dernier,  de photos de voyage pour accréditer l'idée d'une virée touristique.....


N'oublions pas que le frère même de Mohamed Merah était lui aussi fiché et surveillé.....


A l'occasion des tueries de mars, policiers et experts nous ont "rappelé" que la France est un État de droit, qu'on ne peut pas "surveiller abusivement quelqu'un"...etc....


Un responsable de la DCRI vient même de déclarer à la presse:

"Quand on arrête quelqu'un avant le passage à l'acte, on a toutes les organisations de défense des droit de l'homme et les avocats sur le dos".


Quand on arrête quelqu'un avant le passage à l'acte.


Ah, ah.... c'est donc bel et bien possible dans notre État de droit !!!!


D'ailleurs, c'est bien le cas de M. Hicheur.


Alors ?????


Sans aucun doute, la police ne pouvait être certaine que ce M. Merah passerait à l'acte.


Elle ne l'était cependant pas pas plus à propos de M. Hicheur !


Mais à partir du premier assassinat d'un parachutiste à Toulouse le 11 mars, comment se fait-il que tous les voyants de la police ne sont pas passés au rouge pour ne pas dire à l'écarlate ?????


Notons que M. Juppé, Ministre d 'État, qui parle rarement pour ne rien dire,  dès le 22 mars,  expliquait qu'il comprenait qu'on puisse se poser la question de savoir si il y a eu des failles dans la surveillance exercée par la DCRI sur les Merah.


Le Procureur de la République lui-même, François Molins, a conseillé aux journalistes de poser ce genre de question à la...DCRI !!!!


Rappelons, pour conclure provisoirement, que la police et la justice n'ont pas pris tant de gants - vous avez dit État de droit ? - pour flanquer en taule cinq présumés terroristes de Tarnac le 11 novembre 2008 ...

Publié dans actualité

Commenter cet article