Monsieur Sarkozy, je n’ai pas entendu votre réponse……

Publié le par Jacques

 

On se souvient que lors de sa dernière prestation télévisée, M. Sarkozy s’était félicité de la position du pape à propos des Roms, le “Président” tirant la couverture à lui et disant à la présentatrice du journal de TF1,, toute petite dans ses escarpins vernis, “Mme Chazal, je n’ai pas entendu votre réponse”.….

Mais aujourd’hui, on n’entend pas le même Sarkozy répondre à la question:” Oui ou non, le pape a-t-il condamné, expressis verbis, l’interdiction en France du port de la burqua” ????

Burqa : Benoît XVI exprime son incompréhension face à

l’interdiction

 

index.1290346436.jpg

AFP

 

Le Pape Benoît XVI a exprimé son incompréhension face à l’interdiction du voile intégral (burqa), dans son livre d’entretiens «Lumière du monde», qui sort mardi.


A la question: «En France, le parlement a interdit le port de la burqa. Les chrétiens peuvent-ils s’en réjouir ?», le souverain pontife répond: «en ce qui concerne la burqa, je ne vois pas de raison à une interdiction générale».


Et d’expliquer: «on dit que certaines femmes ne portent pas du tout volontairement la burqa et c’est à proprement parler un viol de la femme. On peut bien sûr ne pas être d´accord avec cela».


«Mais si elles veulent la porter volontairement, je ne sais pas pourquoi on doit le leur interdire», ajoute-t-il, selon le texte original allemand dont dispose l’AFP.


Dommage que cette déclaration du Pape ne soit connue qu’après l’émission de M. Sarkozy sur les télés….

Publié dans actualité

Commenter cet article

benjamin 02/12/2010 14:36


Le problème, c'est qu'il est extrêmement difficile de déterminer la véracité de cette "liberté" de porter un isoloir. Et dans notre pays, où l'église - les églises - sont séparées de l'état, les
signes "ostentatoires" me semblent bons à bannir. Burqa surtout qui est la négation même de l'identité de l'individu puisqu'on dissimule ce qui est "elle" à savoir son visage; En revanche, croix
même "ostensible", tchador, turban, portés en dehors des lieux publics, cela relève de la liberté de chacun.