Les actes de J-M. Ayrault en..paroles.

Publié le par Jacques

Le Premier Ministre était donc sur France 2 ce jeudi soir pour expliquer ce qu'il a déjà fait depuis qu'il est à Matignon et ce qu'il compte faire à l'avenir.

Seuls 3 o62 000 téléspectateurs ont regardé "des paroles et des actes".


On nous dit que les Français sont désenchantés. Mais ils ne regardent même pas le Premier Ministre.....Contradiction intéressante !


Je fais donc partie de ces 3 millions et je suis déçu !


Oh...pas par M. Ayrault qui semblait avoir "bouffé du lion" pour cette émission.

Non, DÉÇU ( le mot est peut-être faible) par tous les journalistes qui étaient là.

Ce n'était plus la flamboyance des émissions de la campagne électorale.


Les 20 premières minutes de face à face entre MM Pujadas et Ayrault étaient intéressantes.


La séquence avec Mme Saint Cricq..nulle !  Aller demander à M. Ayrault si il pense à l'Elysée. ... Mme Saint Cricq se fout du monde avec ce genre de question !

A la fin où j'ai quand même appris quelque chose: l' existence de deux biographies de M. Ayrault.


 

 

La séquence avec M. Langlet était également très intéressante. Mais je n'ai pas retrouvé le Langlet de la campagne.


De plus, je lui reproche une TROMPERIE avec ses fameux graphiques.


D'après lui, il faut additionner la défiscalisation des heures supplémentaires, la ponction à venir sur la participation/intéressement et les conséquences du gel du barème de l'impôt. pour arriver à une ponction de supplémentaire de 791 € annuels pour plus de 16 millions de foyers fiscaux.


Tromperie et même supercherie dont je m'étonne que le Premier Ministre ait laissé dire !

Car il n'est évidemment pas automatique que ceux qui bénéficient de la participation/intéressement (moins de 10% des PME selon le Medef lui-même) fassent également des heures supplémentaires. L'addition de M. Langlet est donc théorique.


Quant au gel du barème de l'impôt, vu qu'il a été mis en place par M. Sarkozy, il ne changera rien à la prochaine échéance. Sinon que M. Ayrault a fait valoir que son Gouvernement a mis en place une décote qui bénéficiera aux revenus les plus modestes.


Ceux qui, comme Mme Kociusko-Morizet font leur choux gras de ces supposés 791 €  mentiront donc en toute démagogie.


S'agissant de cette Représentante de l'UMP ( pourquoi elle ???), je l'ai trouvé bien palotte dans ses propos. Avec un brin d'impolitesse. Alors même que M. Pujadas l'a saluée d'un Bonjour Madame la Ministre (titre auquel elle a droit à vie), elle n'a jamais voulu dire Monsieur le Premier Ministre en s'adressant à M. Ayrault.


Elle m'a même donné l'impression, par moment, de faire le petit roquet. Elle n'a fait que reprendre les arguments des journalistes qui l'avaient précédé, ce qui n'était pas très captivant.

Et elle a même eu un certain toupet en accusant le Premier Ministre "d'abimer la belle idée gaulliste de la participation".

Venant d'une Ministre de M. Sarkozy qui avec son Gouvernement n'a eu de cesse, pendant cinq ans, de détricoter le programme du Conseil National de la Résistance, c'est un peu fort de café.


Les autres journalistes ont été particulièrement insignifiants . Exaspérant, arrogants même à répéter plusieurs fois la même question parce que M. Ayrault ne leur donnait pas la réponse qu'ils voulaient.


Hélène Jouan (que je croyais mieux que ça) se permettant de sommer le Premier Ministre de répondre par oui ou par non....!


Jeff Witemberg complètement ridicule avec son petit panneau à case sur les engagements du François Hollande.


Hervé Gattegno, enfin, le pompon de l'émission. Il avait parfaitement le droit de dire au Premier Ministre qu'il l'avait trouvé flou. Mais d'ajouter que les téléspectateurs pensaient de même, quelle outrecuidance. Il se prend pour qui ce rédacteur en Chef du "Point" ????


Finalement, 2 heures dix huit d'émission, consacrée à de multiples sujets subalternes, de la seule faute des journalistes.


On aura au moins vu un Premier Ministre volontaire, combattif et faisant preuve d'autorité sur les sujets abordés.

Publié dans actualité

Commenter cet article