La future nouvelle “polémique” ????

Publié le par Jacques

Dès lors qu’un sujet ne fait pas « consensus », illico on vout dit partout que ce n’est que vulgaire polémique. Le terme Controverse serait peut-être plus approprié dans la plupart des cas.
Toujours est-il que ce qui suit, passé à peu près inaperçu jusqu’à présent grâce , ou à cause, de MM Frédéric Mitterrand ou Jean Sarkozy, n’est pas très « politiquement correct » non plus….

DES DÉTACHEMENTS QUI FONT TACHE

 

Que dirait-on si l’on apprenait qu’un militant de l’UFC-Que choisir, spécialisé dans le contrôle des produits laitiers, se révélait être un salarié de Danone, en détachement de son entreprise le temps de sa mission au sein de l’association ? Ou qu’un individu chargé d’évaluer la dangerosité des ondes émises par les téléphones mobiles était un salarié de SFR en congé sabbatique ? C’est un peu la situation dans laquelle se trouvent deux ” sages ” du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), Rachid Arhab et Françoise Laborde, nommés respectivement en janvier 2007 et janvier 2009, et qui sont toujours salariés de France Télévisions, comme l’a révélé Lepoint.fr.

 Mis ” en disponibilité ” le temps de leur mandat de six ans, durée à laquelle s’ajoute un délai dit ” de carence ” de trois années, pendant lesquelles ils ne peuvent travailler dans un des médias qu’ils ont eu sous leur contrôle, les deux journalistes pourront ensuite réintégrer leur rédaction d’origine. Comment peuvent-ils, dans ces conditions, mener en toute indépendance leur mission de régulation de l’audiovisuel ? Si la question irrite fortement les intéressés, furieux de voir ainsi, indirectement, mise en doute leur déontologie, elle mérite d’être posée. D’autant que pour défendre ses deux conseillers, le CSA indique qu’ils n’ont pas pris part aux votes concernant France Télévisions. A quoi cela sert-il d’avoir des conseillers qui s’abstiennent chaque fois qu’un sujet concerne la holding publique (qui regroupe France 2, France 3, France 4, France5, France Ô et Gulli en partage avec Lagardère) ? N’aurait-il pas été plus sain de démissionner, comme l’a fait Christine Kelly, employée de TF1 avant sa nomination au CSA ? Françoise Laborde a, pour sa défense, avancé cette explication : ” Quand on appartient au service public, il arrive qu’on change de service public. Dans ce cas, on demande son détachement “. Sauf que Mme Laborde n’est devenue ni factrice, ni policière, ni institutrice, mais, en quelque sorte, gendarme de l’audiovisuel, ce qui n’est pas tout à fait la même chose.

SYLVIE KERVIEL  (  in Le Monde Télévisions)

 

 

Rappelons que M. Rachid Arhab a été nommé par Jean-Louis Debré alors Président de l’Assemblée Nationale et que Mme Françoise Laborde a été nommée par…Nicolas Sarkozy.


Publié dans actualité

Commenter cet article