Il paraît que c’est « l’anti-sarkozysme primaire de la presse » qui a fait perdre M. Sarkozy

Publié le par Jacques

 

De ci de là, on nous parle de « détestation hargneuse », de « harcèlement », de « référendum anti-sarko », de « parti-pris militant de la majorité des médias » et autres balivernes du même tonneau.


Avant son élection de 2007, les mêmes ne se plaignaient pas de la presse.....


Et pourtant, elle donnait déjà la parole à des anti-sarkozystes primaires !!!!


Sans aucun doute la presse aurait du cacher qu'en octobre 2006, M. de Closets prenait le contre-pied de la réforme annoncée des régimes spéciaux de retraite en déclarant : « Dans certains métiers, il est nécessaire de s'arrêter à 55 ans ».


En novembre 2006, il n'aurait pas fallu dire que le Ministre de la Justice dénonçait vertement et publiquement le projet de « peines -plancher » proposé par M. Sarkozy.


Il n'aurait pas fallu annoncer que Mme Idrac, Pdg de la Ratp écrivait à ses agents « il n'y a pas lieu de remettre en cause votre régime spécial de retraite »


Horreur, le Syndicat de Police "Alliance" réclamait la démission de M. Sarkozy.


Une belle brochette de Sénateurs UMP réclamaient le rétablissement de la police de proximité.


Pendant que M. Sarkozy dénonçait le laxisme de la Justice dans le9,3, son Directeur Départemental décidait tout seul de libérer d'un coup soixante-dix fauteurs de trouble.


Il aurait fallu taire, en décembre 2006, ce Rapport de l'Observatoire de la Délinquance qui précisait que cette délinquance était TROIS fois supérieure aux chiffres officiels du Ministre de l'Intérieur Sarkozy.


Il aurait fallu cacher le départ pour la Suisse du grand pote Johnny.


Il n'aurait pas fallu que Chirac s'étonne publiquement, en janvier 2007 du fait que M. Sarkozy ne payait pas l'ISF.


La presse n'aurait pas du reproduire cette déclaration du candidat Sarkozy : « "Le droit à la retraite à 60 ans doit demeurer, de même que les 35 heures continueront d'être la durée hebdomadaire légale du travail".


Il aurait fallu dissimuler la diatribe de l'Abbé Pierre contre Sarkozy, juste avant son décès.


Il n'aurait pas fallu que la presse annonce qu'il y avait 100 000 personnes au fameux Congrès UMP de la Porte de Versailles alors que c'était totalement faux.


Il aurait été judicieux que la presse ne cache pas que M. Sarkozy ne connaissait pas plus que Mme Royal le nombre de nos sous-marins nucléaires.


La presse n'aurait pas du dire que les actes anti-sémites en France avaient augmenté de 42% en 2006.


En février, quelle publicité pour cette décision de la Cour de Cassation venant  de déclarer ILLEGALE l'arrestation de sans-papiers se rendant sur convocation à la préfecture prévue par une Circulaire de Mr Sarkozy en date du 21 février 2006.


Cette presse anti-sarkozyste n'aurait pas du publier des photos du QG de M. Sarkozy, rue d'Enghien transforme en bunker avec 200 policiers de garde autour et aux alentours.


Et cette dame Boutin ( déjà elle) qui tout à coup se fâchait avec M. Sarkozy au point de refuser de monter à la tribune de l'un de ses meetings...


Et l'Institut de l'Entreprise qui contestait le coût du programme annoncé par M. Sarkozy.


Et le Rapport du Ministre de la Justice qui pointait du doigt le mauvais travail des policiers (manque de rigueur dans la conduite des investigations, mauvaise qualité rédactionnelle des procédures, français approximatif, etc...)


Il n'aurait jamais fallu dire qu'en février et mars 2007, M. Sarkozy avait refusé de débattre avec Mme Royal.


A cette époque-là, il n'aurait pas fallu faire des reportages sur les opérations de CRS contre les migrant du Calaisis puisque M. Sarkozy avait fermé Sangatte et que ces immigrés n'y venaient plus avait-il déclaré.


Et pourquoi donc aviser les lecteurs que MM. Baroin, Bertrand, Copé et Dutreil, grand pontes de l'UMP s'organisaient en douce (déjà, et le faisait savoir) dans le dos de M. Sarkozy.


Et quand M. Pujadas, le 19 mars, encaissait sans broncher deux gros mensonges de M. Sarkozy à propo de l'Italie puis de l'Institut Rex-code, qui s'en plaignait ?


Ah.... pourquoi donc donner la parole à M. Pierre Nora, Académicien de renom ou à Mme Simone Veil lorsqu'ils ont chacun de leur coté vertement dénoncé le projet de M. Sarkozy d'instituer un Ministère de l'Immigration et de l'Identité Nationale ???


Ah oui, lorsque le 11 mars 2007, M. Sarkozy se fait sifflé au Stade de France, aucun journal pour publié des photos, aucune télévision pour nous montrer la scène.


Mais quelle mouche a pu piquer cette presse pour oser reproduire les propos de Jacques Chirac : "Pendant cinq ans Nicolas Sarkozy s'est attaché à me contredire sur l'Irak, le Proche Orient, les relations avec les Etats-Unis et même parfois sur l'Europe. Maintenant il reprend toute ma politique à son compte"....


Et pourquoi donc M. Sarkozy est-il intervenu auprès de la direction du « Monde » parce que deux dessins de Plantu lui avaient déplu ?


Mais qui donc a pris la décision de faire savoir que la Ligue des Droits de l'Homme appelait à voter Ségolène Royal.


Quels Directeurs de journaux ont -ils été assez fous pour faire un gigantesque battage à propos du ralliement d'Eric Besson  puis de celui de Bernard Tapie ?


Pourquoi donc avoir repris cette déclaration de Bayrou d'entre les deux tours (retenez votre souffle) « M. Sarkozy doit faire oublier ses excès droitiers »


Et qui se plaignait de la meute de journalistes qui accompagnait M. Sarkozy le soir du 1er tour, comme auparavant en Camargue ou à Colombey les deux églises ????


Que dire du battage médiatique sur les échauffourées de la Gare du Nord et le camouflage des rapports de police très critiques vis à vis de la stratégie adoptée pour faire monter la tension à son maximum. ?


Et juste avant le premier tour, cette presse s'est même permise de rapporter les propos de deux Commissaires Européen . L'un, Jacques Barrot ( pas de gauche....) pour exprimer "des réserves quant au discours de Mr Sarkozy. », L'autre, Mme Kroes pour se dire "choquée des propos de Mr Sarkozy de protectionnisme."...


TOUT CELA A-T-IL EMPÊCHÉ M. Sarkozy d'ÊTRE ÉLU  en mai 2007 ????


VOUS CONNAISSEZ LA RÉPONSE !


Alors pourquoi nous soutenir, en 2012, que c'est « l'anti-sarkozysme primaire de la presse » qui a fait perdre M. Sarkozy ?????

Publié dans actualité

Commenter cet article

Catherine 15/05/2012 05:33

Parce qu'ils ne veulent pas reconnaitre que, s'il a perdu, c'est parce que c'est une daube. Il faut bien qu'ils trouvent un bouc émissaire. Pourtant il y a des journalistes qui lui ont servi la
soupe jusqu'au bout.

Jacques 15/05/2012 13:03



En effet.


 


jf.