Gros, gros malaise dans la Police !

Publié le par Jacques

 


Bernard Squarcini, le directeur central du renseignement intérieur (DCRI), a été mis en examen lundi 17 octobre dans l'affaire d'espionnage téléphonique d'un journaliste du Monde enquêtant sur le dossier Bettencourt.

Un commissaire divisionnaire en poste à Lille a annoncé sa prochaine mise en cause à ses hommes, s'attendant à une future garde à vue. Quatre autres policiers, dont deux à la retraite, sont également cités dans cette affaire de prostitution.

Après Michel Neyret, l'ex-numéro 2 de la police judiciaire de Lyon, le chef de la PJ de Grenoble et trois autres policiers ont été mis en examen pour «trafic de stupéfiants, association de malfaiteurs, vol en réunion et détournement de scellés» dans le cadre de l'enquête autour du commissaire lyonnais. Si Michel Neyret est écroué à la prison de la Santé depuis lundi, les quatre autres hommes ont été laissés libre sous contrôle judiciaire.

Un commandant de l'état-major est soupçonné d'avoir piraté des fichiers afin de renseigner le milieu de la nuit.

Un commandant considéré comme une «figure» de la police locale a été présenté à un magistrat dans le cadre d'une information judiciaire pour «violation du secret professionnel et détournement de l'usage d'un fichier à des fins étrangères à son objet».

Deux gendarmes et un policier de Mayotte ont été mis en examen pour transport, détention, cession, usage illicite de stupéfiants et homicide involontaire pour deux d'entre eux. Tous sont membres du GIR (groupe d'intervention régionale) qui regroupe policiers et gendarmes. Le chef du groupe a lui été entendu en tant que témoin assisté.

Cinq policiers de Grasse,ayant participé à une interpellation ont été mis en examen pour « non assistance à personne en danger ».

Sept policiers jugés à Bobigny pour avoir accusé à tort un homme ont été condamnés vendredi à l'issue d'un procès houleux à des peines de six mois à un an de prison ferme. Le tribunal correctionnel de Bobigny (Seine-Saint-Denis) a en outre ordonné l'inscription de la sanction au casier judiciaire pour cinq d'entre eux, ce qui entraîne leur radiation automatique.

Un commandant de police a été interpellé puis
suspendu de ses fonctions la semaine dernière à Paris pour "avoir
détourné" des informations confidentielles contenues dans un fichier de la
police, a-t-on appris mercredi de sources proches de l'enquête.

Le commandant, en poste à la 1ère division de police judiciaire (DPJ), est
présumé avoir puisé des informations confidentielles contenues dans le
système de traitement des infractions constatées (STIC).
Ces informations étaient destinées aux "milieux de la nuit et des
discothèques", selon l'enquête de l'Inspection générale des services (IGS,
"police des polices")

38 policiers  ont fouillé les fichiers informatiques de la police pour tenter de discréditer Ali Soumaré et d’autres candidats.

Un jeune couple de policiers a été retrouvé sans vie à Bagneux ce dimanche 9 octobre. La femme aurait tué son compagnon avant de se donner la mort. Après les trois suicides de policiers le 22 septembre dernier, cette macabre découverte vient s'ajouter à la série de suicide chez les policiers.

Un policier a tiré sur sa femme avec son arme de service, dimanche soir, rapporte le Parisien. Lundi matin, le quotidien précisait que la victime n'avait pas survécu. Son compagnon a été placé en garde à vue.

Ça commence à faire beaucoup, non ?

Le prochain Président, le prochain Gouvernement vont avoir du pain sur la planche !!!

D'autant qu'il ne faut pas oublier ceci:

Le nombre de policiers français victimes du devoir depuis 10 ans 

2002/ 3 2003/9 2004 /9 2005/2 2006/ 2 2007/ 6 2008/5 2009/7 2010/ 6

2011/ 3

Publié dans actualité

Commenter cet article