Et si on parlait d’autre chose que des Roms, la drogue….. tiens, par exemple, des RETRAITES !

Publié le par Jacques

J’avais proposé ce billet le 22 juin dernier:


http://lamauragne.blog.lemonde.fr/2010/06/22/pourquoi-je-descendrai-dans-la-rue-le-24-j uin/

 

J’y écrivais notamment ceci, qui me paraissait de simple bon sens:


On veut faire travailler les salariés deux ans de plus alors qu’ils sont massivement foutus à la porte à 55 ou 57 ans.

Résultat, ils vont être chômeurs deux ans de plus !

Et bonjour les économies pour les caisses chômage !


J’apprends que “Les Echos” du 28 juillet dernier a ressorti des cartons une “note technique” de Pôle Emploi, en date de novembre….2009 sur le coût du report de la retraite à taux plein de 65 à 67 ans sur la caisse d’indemnisation du chômage…..


Cela va coûter la bagatelle de 200 millions d’euros par an car, signalait alors Pôle Emploi, “cela empêchera au moins 18 000 personnes, chaque année, de basculer du chômage à la retraite.”


Eh bien voilà.. Je ne suis pas complètement nul avec mes réflexions de mon bon sens personnel…..


Au fait, “Pôle Emploi”, c’est pas un truc inventé par un certain NS ?????


On voit maintenant à quel point il tient compte des études de cet organisme qu’il a concocté lui-même alors que celle-ci a été réalisée quelques sept mois avant le projet de loi “gouvernemental” sur les retraites.


Voilà donc une confirmation de la nécéssité de redescendre dans la rue le 7 septembre prochain pour être encore plus nombreux que le 24 juin dernier……………….

 

Publié dans actualité

Commenter cet article

benjamin 13/08/2010 18:08


Le but de cette "réforme" (depuis plus de dix ans, ce mot n'est plus synonyme que de régression sociale), ce n'est pas d'équilibrer les comptes des caisses de retraite que d'améliorer l'emploi.
Si l'emploi s'améliorait, les rentrées de cotisations sociales pourvoiraient largement au déficit qui semble impressionnant exprimé en chiffres bruts mais qui, en proportion du PIB, est de moins de
3%. Or la part dévolue aux revenus du travail, directs ou indirects, a diminué de 11% en trente ans, en faveur des revenus du capital. En plus, moins de chômage et Pôle Emploi s'en sortirait aussi
mécaniquement mieux.

Non, ce dont Sarkozy et Lagarde ont une sainte trouille, c'est d'une "méfiance des marchés" qui entraînerait une "baisse de notation" par les sacro saintes agences. D'où accroissement des intérêts
de la dette et déficit accru.

Seulement il y a un hic. Les "marchés" imposent des mesures drastiques d'austérité, et quand on les applique (Zapatero s'y emploie comme un bon petit soldat discipliné: Thatcher n'aurait guère fait
mieux), les mêmes "marchés", constatant que le malade va mourir guéri puisque le chômage croissant, la consommation s'effondrant, les investissements chutant faute de capitaux disponibles, le pays
s'enfonce dans une spirale sans fin, dégradent encore plus la note!

Bref, dans ce cadre de fonctionnement de l'économie et de la société, il n'y a pas d'alternative. Il faut changer de société.


Jacques 14/08/2010 11:34



Bien d'accord avec vous, Benjamin.


 


jf.