ET LA BAISSE CONTINUE POUR M.SARKOZY

Publié le par Jacques

 


L’an dernier, avec  le même exercice, il avait poussé un ouf de soulagement parce qu’il avait obtenu que 8 millions 6 cent mille téléspectateurs le regardent.

Mais c’était déjà nettement mois que lors de ses interventions précédentes.

Hier soir 10 février, le score est implacable :

8 255 000 téléspectateurs…..

Alors que toute la journée d’hier, l’Elysée estimait que NS allait avoir un record d’audience à cause des Magistrats dans la rue et à cause de la « polémique » sur les voyages des ministres….

Encore raté Monsieur le « Président » !!!

Quant à la presse, ce matin….. 

Sarkozy face aux Français: «Parole usée» et «serments éculés» pour les éditorialistes

REVUE DE PRESSE - Les journaux n’ont pas été convaincus par la prestation du chef de l’Etat…

Les éditorialistes de la presse française pointent la criante absence de contradicteurs lors du grand oral de Nicolas Sarkozy face à un échantillon de neuf Français, jeudi soir sur TF1.

Yann Marec dans Midi Libre jugeant que «le remake télévisuel de l’an dernier, formaté pour dérouler la politique gouvernementale, manquait singulièrement de contradiction.»

«Parole usée, électorat déboussolé, image brouillée, opinion désabusée, serments éculés», énumère Rémi Godeau dans l’Est républicain, «dans une mise en scène sur mesure, le crypto-candidat a dévoilé sa stratégie». «Censé être à l’écoute, il a souvent “oublié” les questions du panel faire-valoir», accuse l’éditorialiste.

«Ce n’était pas Sarkozy, c’était un Pinocchio dont le nez s’allongeait à la mesure de cette interminable émission», assène Jean-Marcel Bouguereau dans la République des Pyrénées. «Une émission sur mesure d’où l’on avait soigneusement choisi les Français en évitant, comme lors de la précédente émission, tous les gréviculteurs qui l’avaient pollués.»

Publié dans actualité

Commenter cet article

Michel 11/02/2011 16:18


Il ne trompe plus personne, la déroute naboléonienne, un seul mot, DEGAGE !!!


Jacques 11/02/2011 17:07



Ah, Michel, vous êtes trop dur....


Ce n'est pas encore Sarko dégage mais Sarko dégoise....


 


jf.