En ce jour de rentrée scolaire

Publié le par Jacques

Je vous livre ci-dessous un Courrier des lecteurs fort pertinent que j'ai découvert dans le journal "Le Monde":


On peut se demander quelle différence existe entre l'accord du participe passé employé dans un établissement privé et l'accord du participe passé employé dans un établissement public... Ou encore quelle différence entre la longueur de l'infrarouge laïque et celle de l'infrarouge confessionnel...

 

Si ces différences existaient, où en trouver l'origine ? Quelles que soient les compétences des enseignants de l'une ou l'autre école, l'essentiel est à chercher dans les conditions d'accès aux connaissances. Parce qu'ils sont nés ici, des enfants bénéficieront des avantages que peuvent apporter culture, argent, relations...

 

Parce qu'ils sont nés là, d'autres enfants n'auront droit qu'à une portion congrue qui les conduit inexorablement à une situation inférieure... Le mérite du service public est d'avoir voulu gommer ce handicap et de continuer à le vouloir.


Apporter au service privé ce qui lui manque pour fonctionner normalement n'est pas inconcevable. Mais négliger ou, plus grave, atrophier le service public est en soi criminel puisque c'est, volontairement, interdire le développement des plus démunis.


Régis Desplanques, Amiens

 

Publié dans actualité

Commenter cet article

Géronimo 09/09/2011 07:00


Jacques,
Dans quel pays vivez-vous?
Des lycées privés, il y en a de nombreux et certains avec de flatteuses réputations (Pays de la Loire, Bretagne...). Dans notre région, il y a même des universités privées catholiques (Angers,
Rennes, Nantes, la Roche sur Yon...).
Je ne disait pas que les écoles privées fonctionnaient avec moins de personnel, je parlais des services de restauration qui étaient mieux gérés dans les écoles privées, car moins de personnel.
Cher Jacques, vous n'êtes pas sans savoir que les postes d'enseignants qui ont été supprimés dans l'enseignement public n'ont pas été des postes d'enseignants se trouvant devant élève, non, non
non, ce sont des enseignants qui étaient détachés dans les différents ministères ou des administrations diverses et variées. Tandis que les postes supprimés dans l'enseignement privé on été suivis
par la fermeture de classes. Dans les Pays de la Loire, pour cette rentrée, il y a 250 postes d'enseignants supprimés dont 50 en Vendée, donc à vous de faire le calcul. Il faut aussi savoir que
l'enseignement catholique a connu une croissance de ses effectifs de + 60000 élèves cette année. Ceci se traduit par une augmentation du nombre d'élèves par classe.
Je suis d'accord avec les syndicats du privé pour la grève du 27 septembre, et si je peux j'irai moi aussi. Pensons aux grandes manifs de 1984...
Géronimo


Jacques 09/09/2011 11:05



Je n'ai jamais dit qu'il n'y avait pas de lycées privés.


Si il y en a un certain nombre dans l'Ouest de la France pour des raisons historiques, pour ces mêmes raisons, il n'y en partiquement pas dans les autres
régions.


Pour la cantine vous affirmez bien des choses mais sans preuve. Il s'agit de votre appréciation mais sur quelles données vous basez-vous ???


Il me semble savoir que pour les maternelles et le primaire la cantine est gérée par la municipalité. Vrai ou faux ?


Quant aux postes d'enseignants supprimés, tels que vous les définissez, là encore sur quelles données vous basez-vous???


Je lis simplement dans toute la presse de droite, du Figaro au Point que pour le SEUL primaire, MILLE CINQ CENT classes ont été supprimées pour la rentrée de
la semaine dernière.....


Il manque dont bien des enseignants se trouvant devant des élèves.


Je vous passe sur les enseignants sans formation balancés directement devant les élèves parce que trop de postes d'enseignants devant les élèves ont été
supprimés.


Je vous passe sur les enseignants recrutés par petites annonces ( !!!) par l'Education Nationale  parce que trop de postes d'enseignants devant les
élèves ont été supprimés. Un comble, non ?


 


jf.


 



Géronimo 05/09/2011 21:54


Jacques,
Expliquez nous la différence de coût d'un élève de l'enseignement public par rapport au coût d'un élève de l'enseignement privé ?
Il faut environ 7000€ pour scolariser pendant une année un enfant au collège public, coût supporté par les impôts, tandis qu'il ne faut que 2000€ pour le même enfant dans l'enseignement privé, coût
supporté en grande partie par les parents.
Je pense que l'enseignement privé fonctionne avec moins de personnel non enseignant (cuisine, ménage, administratif...). Si le public adoptait ce mode de fonctionnement, des économies
substantielles seraient faites. Mais il faut pouvoir faire bouger le mammouth...
A l'école de mes enfants, le prix de revient d'un repas est de 4.50€ entièrement supportés par les parents. La cuisine centrale sort le repas à 7.60€. Les parents payent le prix en rapport avec
leur quotient familial, c'est à dire que certains parents ne payent pratiquement rien. Cherchez l'erreur !!!
Bonne soirée
Géronimo


Jacques 05/09/2011 23:41



Vous pensez que l'enseignement privé fonctionne avec moins de personnel non enseignant que le public mais vous n'en apportez pas la preuve.


Pour la cantine, je ne suis pas "spécialiste", je ne peux donc vous répondre.


Vous ne citez pas les sources des chiffres que vous nous proposez.


Il me semble qu'il n'y a guère de lycées privés. En général ça s'arrête à la troisième. A mon humble avis  une comparaison globale n'est donc pas
pertinente.


D'autant moins que les enseignants du privé sont rémunérés par...l'Etat, c'est à dire , là encore par nos impôts.


Bonne soirée à vous aussi.


 


jf.