Cantonales: le “NI-NI” semble bien n’avoir pas fonctionné.

Publié le par Jacques

 

Je ne suis sûrement pas un “spécialiste” des résultats électoraux mais j’ai tout de même été étonné de ne pas entendre parler hier soir du FRONT REPUBLICAIN.


Or il me semble bien que, à peu près partout, il s’est manifesté aussi bien en faveur de la gauche que de la droite.


Lorsqu’on constate le score tant des candidats PS que des candidats UMP face à des candidats FN, il me semble bien que le score est sans appel.


Du coté de la gauche ( en faveur de l’UMP) on pouvait, fort heureusement, s’y attendre.


Du coté de l’UMP, après les salades de Sarko, Copé et consorts, y compris les appels scandaleux de la part de certains d’entre eux à “aller à la pêche”,  on ne peut que se réjouir de comprendre qu’une grande majorité d’électeurs de droite n’a pas hésité à se reporter sur les candidats de gauche pour faire échec au Front National. Et notamment à Marseille où j’étais persuadé que le FN aurait au moins un ou deux élus!


Que ces électeurs-là en soient félicités !


Les mauvais calculs de Sarko d’aujourd’hui, pour en faire une répétition généeale en vue de 2012, ont été rejetés par son électorat !


La “vague bleu Marine” s’est transformée en vaguelette….. 400candidats, deux élus !


Sans oublier que plus de MILLE candidats FN avaient été éliminés dès le premier tour !

Les savants calculs des politologues nous indiquent que sur les cantons où le FN était présent hier, ce parti n’a obtenu que 300 000 voix de plus que la semaine dernière.


Certes, le FN reste un adversaire redoutable à combattre sans relâche, comme je l’ai déjà écrit ici.


Mais il est scandaleux de lui faire la courte échelle chez certains politiciens et surtout dans l’ensemble des médias dont on est en doit d’attendre plus de sang-froid, plus de sérénité et plus…d’objectivité !


Dernier élément de réflexion.


Depuis des années on nous rebat les oreilles avec ces  transferts soi-disant massifs d’électeurs du PC et d’extrême- gauche vers le FN.


Regardons le canton de Brignolles (Var) où le FN a eu son second élu. Celui-ci était face à un candidat Communiste.


Or il n’a “gagné” que de cinq voix ! ( ce qui entrainera d’ailleurs peut-être une invalidation).


Si les tranferts supposés étaient si important, l’écart n’aurait pas pu être si faible !

Commenter cet article