Câble sous-marin…. » T’es où ? « ….

Publié le par Jacques

J'ai évoqué récemment des ruptures de câbles sous-marins de télécommunication.

Cela me donne l'occasion de parler de navires-câbliers, largement méconnus du grand public. Il en est ainsi de France Telecom MARINE .

 

 

J'ai en effet eu, il y a quelques semaines, le privilège de visiter sa Base Navale de La Seyne sur Mer, près de Toulon.

C'est le port d'attache du "René Descartes" et du "Raymond Croze".

 

 

à G, le René Descartes; à D, le Raymond Croze

 

Ces câbliers doivent être prêts à appareiller sous vingt quatre heures.


Le "René Descartes" compte un équipage de 50 marins et de 12 Techniciens et Ingénieurs  de FT Marine. Il est long de 144 mètres.... Il peut embarquer jusqu'à cinq mille tonnes de câbles, câbles qui sont livrés par bateau, par train ou par....camion  ( Grrrrrr).  Le "René Descartes"  a été mis en service en 2002.


Mais tout compte fait, les câbliers de France Telecom MARINE sont plus souvent en opération de réparation qu'en poses de câbles !


Car ces câbles sont soumis à de nombreux aléas. J'ai déjà cité les chaluts en eau profonde. Il y a aussi de super tankers ou de super porte-containers qui oublient de remonter une..... ancre qui fait alors office de ..grappin.


Et avec les courants de fond, les tremblements et avalanches sous-marines, pas facile de retrouver un câble endommagé ou, pire, sectionné.

Pour faciliter les recherches, les Techniciens disposent d'un robot de...neuf tonnes.

 

 

L'intérieur du géant des mers "Réné Descartes" est en proportion:

On voit ici les goulottes par lesquelles sont remontés les câbles des cales où ils ont été entreposés.

 

 

Ils ont ensuite acheminés dans ces circuits menant à l'arrière du bateau pour effectuer la pose.

 

 

Suivant les endroits ou les souhaits des opérateurs, il arrive que les câbles soient enterrés.

Pour se faire, est embarquée une "charrue", joliment dénommée "Élodie", et qui pèse la bagatelle de 35 tonnes....

 

 

J'ai découvert une organisation au cordeau.

Notamment en matière de gestion des stocks d'équipements. car, comme de bien entendu, ils sont différents d'un opérateur à l'autre.....

 

 

Ci-dessus, les "répéteurs", placés environs tous les 100 km, pour amplifier les signaux.

Il sont évidemment très précieux pour détecter avec certitude l'endroit d'un défaut ou d'une coupure.

Le "René Descartes" a également la particularité de disposer de deux passerelles de commandement, l'une à la proue pour la navigation normale du navire. L'autre à la poupe pour les opérations de pose ou de réparation.

 

 

Au cours de cette visite de plusieurs heures, je n'ai rencontré que des Agents et des Marins, fiers d'expliquer leurs missions, et passionnés par leur travail, passion qu'ils n'avaient aucun mal à faire partager !

Par les temps qui courent, c'est plutôt rare et cela mérite d'être souligné !

 

Publié dans actualité

Commenter cet article