Vive la répression !!!! « ... La guerre des boutons, aujourd'hui, ils finiraient tous en prison ».

Publié le par Jacques



En 1912, Louis Pergaud, jeune instituteur franc-comtois, publiait « La guerre des boutons », roman inspiré de ses observations d'enseignant rural, et probablement de sa propre enfance. Ses héros, une bande de gamins espiègles, y passaient leur temps à se battre avec la bande du village voisin. Dans une langue rabelaisienne des plus fleuries, coups de poings, coups de triques, jets de pierres, injures variées y étaient échangées, accompagnées de leur lot d'inscriptions murales, larcins en tous genres, absentéisme scolaire etc... Ce formidable hymne à l'enfance, à l'irrespect, à l'amitié et à la créativité dont les gamins sont capables lorsqu'il s'agit de contourner l'ordre établi, fit les beaux jours de plusieurs générations de mômes, dont je fus, se délectant des aventures guerrières de leurs héros.
« ... La guerre des boutons, aujourd'hui, ils finiraient tous en prison ».
Bertrand Rothé prend au mot cette boutade échangée lors d'une discussion sur la répression de la délinquance. Il travaille alors plus d'un an avec des juges, des policiers, des éducateurs et des médecins, tous spécialistes des mineurs, pour comprendre comment ils réagiraient aujourd'hui. Il nous livre ici le fruit de son travail sous la forme d'un roman, une « guerre des boutons » revisitée par le XXI siècle. Respectant la forme originale et le ton du roman de Pergaud, c'est pourtant une toute autre histoire qu'il nous raconte, où les taloches paternelles sont remplacées par des interrogatoires de police et le vieux garde-champêtre par de jeunes inspecteurs.
Dans une postface tout aussi passionnante, Laurent Bonelli, politologue spécialiste de l'insécurité, tente d'expliquer les mécanismes des grands changements sociaux et politiques qui ont transformé, en un siècle, nos jeunes héros en délinquants.

Publié dans actualité

Commenter cet article

Géronimo 02/06/2009 13:45

MALTRAITER, vous aviez corrigé...

Jacques 02/06/2009 16:34



Camarade....Géronimo ( !!!),
Qui vous a dit qu'il ne fallait pas de répression ?????

Le problème n'est pas là  et vous le savez fort bien.

Et je répête, au risque de vous faire bondir encore une fois et de me menacer encore une fois de la camisole de force... que lorsque la répression devient
aveugle, sans discernement et même zèlée, on approche de la définition d'une dictature.

Imaginer qu'aujourd'hui, preuve à l'appui de la part de professionnels, que les célèbres protagonistes bien inoffensifs de la fameuse "guerre des boutons"
puissent se voir infliger, selon la législation actuelle, des peines de prison, dépasse l'entendement.
Sauf que vous, apparemment, vous ne semblez pas vouloir l'entendre....

jf.



Géronimo 02/06/2009 13:44

Camarade, de la répression il en faut. Tenez le père de ce gosse qui se fait maltraité par un autre à l'école a eu raison de porter plainte contre l'agresseur de son fils.
La violence à l'école ? A qui la faute me direz vous ? D'abord de la faute des parents qui ne savent pas prendre leurs responsabilités de parents devant un mioche qui n'en fait qu'à sa tête à 8 ans, ensuite la faute à l'école et son cortège de profs et d'instits "soixantehuitards", gauchisants.
La discipline part en "live", plus aucun respect pour les adultes et les autres en général.
La France est foutue ma pov'dame, et tout ça à cause de certains qui pensent que la discipline doit être bannie des cours d'école.
Géronimo