Mes impressions sur la manif à laquelle j'ai participé

Publié le par Jacques

La dernière fois que j'étais descendu dans la rue - à quatre reprises - c'était en 2003 contre la Loi "Fillon".
La dernière fois, il y avait un monde fou. Au point que le parcours "habituel" avait été modifié.

Aujourd'hui, le parcours a été modifié à nouveau car il y avait encore plus de monde.
J'ai été frappé de voir des gens défiler, des jeunes et des moins jeunes, avec des..béquilles, assistés par des amis ou des copains.
Il y avait même un aveugle !
Il y avait bien sûr des femmes avec leur gamin en poussette dans les rangs des parents d'élèves.
Mais en dehors de cette partie-là du cortège, il y avait aussi des femmes avec leur bébé en bandouillère.

Il y avait une forte délégation de l'Enseignement Privé Catholique. Comme quoi le malaise n'est pas que dans l'Education Nationale (vous savez...les nantis ou les abrutis, selon certains bloc-notes...)
J'ai repéré également une délégation de la Police Nationale. Les Pompiers, en uniforme, étaient là eux aussi.
La Confédération Générale des Cadres (CFE-CGC)  était  elle aussi présente, fait plutôt rarrisime.

Parmi les manifestant du Privé, trois délégations étaient à l'honneur : Casino, Liebig et la SNPE.

Devant la Préfecture, lieu final de la manif, les "Robocops" nous attendaient; un Escadron de gendarmes mobiles.
C'est la première fois que je les vois. Lors des manifs précédentes, il n'y en avait pas !  Qui donc a la trouille ????  Et fallait voir leur tronche aux "Robocops", le casque au ceinturon et le masque à gaz ( ???!!!) dans le dos.

Derrière les barrières, beucoup de jeunes gendarmes, l'air plus qu'arrogant, sauf un, qui avait l'air d'essayer de comprendre.
Ils étaient commandés par un gros lard de Lieutenant, engoncé dans son équipement. Lui, à l'évidence, nous serait rentré dedans avec jubilation, vu la façon dont il "s'agittait" derrière ses hommes.. Cependant,  vu son embonpoint, c'est sûrement pas lui qui nous aurait couru le plus vite après...

Mais j'ai fort apprécié l'attitude des manifestants. Tous leur tournaient ostensiblement le dos !
Mieux, et je crois que ce n'étais pas prémédité car ils sont arrivés bien après, un cordon de Cgtiste de l'Education (pas plus de précision) est venu s'installer devant le cordon de flics. Ils avaient chaucn une belle pancarte d'explication des revendications. Et bien sûr, eux aussi tournaient le dos aux forces de l'ordre.

La vedette fut un manifestant isolé dans la foule, porteur d'une pancarte toute simple ! :
"CASSE TOI RICHE CON" 

Je n'y avais pas pensé. Et donc, je regrette de ne pas avoir pris mon appareil photos pour pouvoir vous livrer maintenant quelques images de ce matin. J'essayerai d'y penser la prochaine fois. J'espère que vous me pardonnerez aujourd'hui.

Commenter cet article

sixtine 02/02/2009 12:01

Ma petite ville jurassienne s'est bien comportée elle aussi. Pas d'animosité, de la détermination, de l'énergie... De l'autre côté, pas d'hostilité non plus envers les manifestants, la police s'est contentée de canaliser le parcours...Le public plutôt bienveillant ; même , ce qui est rare, les gens bloqués pour sortir des parkings prenaient les choses avec humour...

Catherine 29/01/2009 23:13

J'ai vu une pancarte très bonne : "on ne dit pas "casse toi pauvre con" on dit "vivement les prochaines élections"

Jacques 30/01/2009 11:19


En effet, celle-là n'est pas mal non plus.
Mais faudra qu'en face se trouve un(e) candidat(e) vraiment soutenu par toute la Gauche !

jf.


poison-social 29/01/2009 16:12

Sinon, niveau "cops", mort de rire, inexistants et "domptés"; cette ville pue la trouille de l'insurection, et tant mieux! on étais les rois pendant quelques heures; à noter des bouts de chous avec leurs parents en tête de cortège avec des banderoles, bien motivés et donnant de la voix; trop craquants...

poison-social 29/01/2009 16:08

J'ai participé à celle de Reims, pour une fois je suis fier de la mobilisation de ma ville ! un ambiance géniale, et pareil, toutes sortes de gens présents, et des réactions bienveillantes à tous les coins de rue.