1 seul mur est tombé en 1989 mais en 2009, l’eau ne murmure toujours pas sur l’ensemble de la planète !

Publié le par Jacques

Eau : non-assistance à planète en danger,

par Danielle Mitterrand


L‘eau reste la première cause de mortalité dans le monde et tue 34 000 personnes chaque jour. L’actualité internationale nous montre que les guerres de l’eau sont aujourd’hui une réalité. Qu’attendons-nous pour faire de l’accès à l’eau un droit inaliénable ?

Que devient la mobilisation politique et sociale qu’appelait de ses voeux Mme Chantal Jouanno, secrétaire d’Etat à l’écologie, le 23 mars, à l’issue du dernier Forum mondial de l’eau à Istanbul ? Au lieu de cela, l’Etat français a signé le 15 octobre un partenariat pour l’organisation du prochain Forum mondial de l’eau à Marseille en mars 2012, avec ceux-là mêmes qui ont refusé, à Istanbul, de faire de l’accès à l’eau un droit.

 

if ( undefined !== MIA.Pub.OAS.events ) { MIA.Pub.OAS.events[”pubOAS_middle”] = “pubOAS_middle”; } La France laisse aux mains d’un Conseil mondial de l’eau - présidé par ceux dont la raison d’être est de faire de l’accès à l’eau une source de profit - l’avenir de l’eau dans le monde ! Il faut en effet rappeler ici que la présidence et la vice-présidence du Conseil mondial de l’eau sont assurées depuis 2005 par des dirigeants des deux multinationales françaises de l’eau, de l’environnement et de l’énergie.

Au lieu de cela, le gouvernement français continue de croire que, face au problème urgent que constitue le droit à l’accès à l’eau, les multinationales sont la solution. Peut-on attendre des sociétés dont l’objectif est de faire du profit, et qui y réussissent brillamment, qu’elles puissent régler la question de la gouvernance et du partage équitable de la ressource ?


Accès pour tous

En treize ans, le Conseil mondial de l’eau a favorisé la construction de plusieurs milliers de barrages et d’autres infrastructures très coûteuses. Dans le même temps, qu’a-t-il fait pour régler les conflits liés à l’eau entre Israël et les territoires palestiniens, entre le Soudan, l’Ethiopie et l’Egypte, entre la Turquie, la Syrie, l’Iran et l’Irak, entre le Tibet et la Chine ?

Nous demandons que soit instaurée une gouvernance publique internationale pour la gestion et l’accès à l’eau pour tous ; que la conférence de Copenhague reconnaisse la nécessité et l’urgence d’un pacte mondial pour l’eau ; que la conférence de Copenhague entérine la création d’une organisation de régulation et de coopération internationale et indépendante, l’Autorité mondiale de l’eau, représentant notamment la société civile, les ONG, les associations de consommateurs, les associations environnementales, sociales et citoyennes.

Par l’intermédiaire de ses multinationales, la France a une lourde responsabilité dans l’appropriation par le secteur privé de la conduite de la politique mondiale de l’eau. Aujourd’hui, j’invite toutes celles et ceux qui, comme nous, s’indignent de la mainmise des marchands d’eau sur un bien commun de l’humanité à signer l’appel “Tous porteurs d’eau”.

A Copenhague, nous avons la possibilité et le devoir de faire entendre un autre discours. Ne rien faire serait refuser de porter assistance à humanité en danger.

 


Présidente de la Fondation France Libertés

Tribune parue dans Le Monde du 08.11.09.

Publié dans actualité

Commenter cet article